Le Samsung Galaxy S8 est sorti hier, mais pour profiter de la petite révolution du géant coréen il va falloir payer 809€ ou 909€. Le Galaxy S8 est un des téléphones les plus chers de Samsung à sa sortie.

Malgré le prix des smartphones aujourd’hui, les consommateurs sont toujours prêts à dépenser des sommes folles pour obtenir les portables dernier cri. Que ce soit chez Apple ou Samsung, les prix augmentent, mais les ventes restent bonnes. Moins de téléphones sont vendus, mais cette baisse s’explique par l’évolution de l’utilisation du smartphone par les utilisateurs. Plus de 70% des Français possèdent déjà un smartphone, il s’agit donc plus de renouvellement. Les consommateurs tendent également à conserver plus longtemps leur smartphone qu’auparavant.

Une polyvalence qui coûte cher

Beaucoup d’acheteurs de smartphones sont de plus en plus prêts à les acheter plus cher, car l’évolution de leurs capacités s’accompagne d’un changement de leur usage. Le smartphone sert à tous les instants de la vie quotidienne moderne. Il nous réveille, surveille notre état de santé, nous sert à payer un ligne, nous donne accès à internet où que l’on soit, nous guide, nous permet de regarder la télévision, est un véritable outil de travail et bien d’autres choses. La tendance est donc au grand écran, à la puissance, la rapidité, la polyvalence et en bon accessoire, à l’esthétisme. On achète donc moins, mais plus cher.

Copyright – Cindy Tompouce
Véritable source de dépendance

Mais cette utilité du smartphone en fait également un danger pour la santé psychologique des utilisateurs. Une dépendance au smartphone a fini par se développer chez un grand nombre de personnes, notamment chez les jeunes. Un besoin d’avoir le dernier exemplaire Samsung ou Apple sorti, pousse régulièrement des acheteurs à s’endetter ou encore à camper devant les boutiques des marques pour être les premiers à se saisir du dernier iPhone par exemple.

Malgré les inconvénients, l’outil indispensable de notre quotidien semble garder une côte assez haute, puisque 58% des Français en avaient une perception positive en 2015.