Les soldes, ça démarre aujourd’hui ! Les chaînes de restauration rapide en tirent-elles profit ? Cluster News est allé à leur rencontre.

Crédits : Skyrock.com

« Chez nous, c’est les soldes tous les jours ! »

Bercy-Village, ce matin. Si les nuages sont au rendez-vous, est-ce le cas des Parisiens, à la recherche de bonnes affaires ? Loin d’être bondée, la rue piétonne témoigne d’une première journée des soldes assez calme pour le moment.Dans cette rue qui compte autant de restaurants que de boutiques, une question se pose : la période des soldes a-t-elle un impact sur la restauration rapide ? Marie, 23 ans, est serveuse dans un fast-food alentour.

« Sincèrement, niveau fréquentation, il n’y a aucune différence pendant les soldes. Tous les jours, à n’importe quelle heure et quelque soit la période de l’année on a beaucoup de monde. Les gens n’attendent pas les soldes pour venir ici et faire les magasins. On n’est pas plus sollicité pendant les soldes que le reste du temps. Et faut pas se mentir, les français sont de moins en moins nombreux à se ruer dans les magasins pour les soldes ! Aujourd’hui, et c’est mon cas d’ailleurs, tout se fait sur internet. »

Selon une enquête réalisée par le CSA pour le FEVAD (fédération du e-commerce), 77% des cyberacheteurs ont « l’intention d’utiliser Internet pour préparer et effectuer leurs achats » pendant les soldes d’hiver 2018.

« C’est le rush ! »

Autre ambiance dans un restaurant parisien dans le 7ème arrondissement. Elodie est vendeuse chez Cojean Raspail, à côté du Bon Marché. Pour elle, les soldes sont un véritable événement annuel.

« Pendant les soldes, c’est le rush ! On a une vague de clients, c’est impressionnant. Il y a beaucoup plus de passage, une affluence largement plus importante, surtout le mercredi et le week-end. Du coup de notre côté il faut qu’on s’adapte, on augmente les quantités de production de sandwichs, de salades et de jus. Les effectifs aussi sont boostés pour répondre au mieux aux demandes des clients et rester proche au maximum de ces derniers. Ce qui est agréable c’est que les clients sont moins pressés que d’habitude, ils prennent leur temps, ils sont là pour se détendre pendant leur pause déjeuner. Il y a une vraie différence entre la clientèle habituelle et la clientèle des soldes. »

Une période agréable qui risque bientôt d’être écourtée. Dans un entretien au Parisien, la secrétaire d’Etat à l’économie, Delphine Gény-Stephann a annoncé ce matin vouloir réduire la période des soldes. L’idée est de passer de 6 à 4 semaines à partir de 2019. Les dates du début des soldes resteront quant à elles inchangées, soient le deuxième mercredi de janvier et le quatrième mercredi de juin.