Dans l’antre du Parc des Princes, qui se prépare à bouillir ce soir, Paris attend le Real Madrid de pied ferme. Comme en 1993, les Parisiens espèrent renverser les Meringue après la défaite du match aller à Bernabeu, 3-1. L’absence de Neymar, blessé n’a pas démoralisé les hommes d’Unai Emery qui ont fait le plein de confiance la semaine dernière. Les planètes semblent alignées, on attend une soirée Historique.

Les dernières saisons en Ligue des Champions, le PSG est habitué aux scénarios catastrophes, et aux retournements de situations en sa défaveur. L’élimination face à Chelsea il y a 3 ans après avoir remporté le match aller 3-1, la défaite contre Manchester City il y a deux ans, mais c’est surtout la Remontada du FC Barcelone l’an dernier qui restera gravé dans les annales du club. A chaque fois, le match retour était à l’extérieur. Cette année, c’est l’inverse…

Au Parc des Princes, Paris et intraitable

…Et Paris est aussi habitué aux exploits au Parc des Princes. Dans ce même Parc, il y a 25 ans, Paris avait renversé le Real Madrid 4 buts à 1 pour filer en demi-finale de la Ligue des Champions. Dans ce même Parc, l’an dernier, les hommes d’Emery ont infligé une déculotté historique au FC Barcelone (4-0). Même si le match-aller contre Madrid a pris des airs de déroutes, même si la super star de l’équipe, Neymar, a rendu ses crampons, Paris y croit, et il y a de quoi.

Cette saison, PSG à domicile, c’est 19 matchs, 19 victoires. Quatre buts inscrits par match en moyenne. La semaine dernière le PSG a fait le plein de confiance en dominant par deux fois son rival de toujours, l’OM, 3 buts à 0.

Emery s’est trompé dans ses choix au match-aller, il a les clés en mains pour se rattraper ce soir. Crédit : EPA.

Emery a remis son groupe dans le sens de la marche après les ratés du match-aller

Le match-aller a apporté son lot d’enseignement, et si les choix d’Unai Emery ont semblé totalement à côté de la plaque, aujourd’hui il a toutes les clés en main pour rattraper ses erreurs. Di Maria, oublié sur le banc lors du premier acte, apparait comme le facteur X du second. Le remplaçant de luxe de Neymar marche sur l’eau en 2018, avec 13 buts et 6 passes décisives en 14 matchs. Il avait été l’un des grands artisans de la victoire contre Barcelone l’an dernier, avec deux buts. Deux frappes en lucarne (une sur coup franc, l’autre sur une action individuelle splendide). Les matchs couperets, il connait. Rappelons qu’il a déjà remporté la Coupe aux grandes oreilles avec le Real Madrid. En l’alignant aux côtés d’Edinson Cavani, « monsieur un but par match », et du golden boy Kilian Mbappe en attaque, le PSG a de quoi donner le tournis à la défense Meringue.

Autre point positif, le retour en forme de Thiago Motta. Absent du groupe lors du déplacement à Madrid, le retour de l’expérimenté italien s’impose aujourd’hui comme une évidence. Depuis 5 ans, la paire Verratti – Motta fait des miracles dans l’entrejeu parisien. C’est peut-être là l’essence même du jeu du club. A voir de quelle façon Marco Verratti se libère lorsqu’il retrouve son compagnon, comme contre l’OM mercredi où il a signé sa prestation la plus aboutie de la saison. Difficile d’imaginer Emery faire un autre choix, même si Lassana Diara affiche une grande forme.

Tous les voyants sont au vert, l’adversaire de taille

L’absence de Neymar, une si mauvaise nouvelle ? Pas si sûr ! Le PSG va jouer plus collectif, s’appuyer sur les talents de chacun et l’effectif n’en manque pas. Ne pas s’en remettre à l’exploit individuel du seul brésilien. Les Madrilènes devront probablement se passer de leur plaque tournante, Kroos, et Luka Modric est encore incertain. Pour Madrid, évoluer sans les deux dépositaires de son jeu, s’avérerait probablement plus préjudiciable que l’absence de Neymar pour Paris.

Les Parisiens semblent prêts et se présentent avec un effectif qui n’a jamais été aussi solide et étoffé pour un grand-rendez de Champions League. Le Parc des Princes va gronder ce soir, les Parisiens vont vibrer, mais attention, un quintuple Ballon d’Or va rôder aux abords de la surface parisienne.