Hier Buckingham Palace a annoncé via un communiqué que « Son Altesse royale le duc d’Edimbourg a décidé de ne plus honorer d’apparitions publiques à partir de l’automne de cette année », ajoutant que le prince Philip avait « le soutien entier » de la reine.

La déclaration a fait suite à une nuit de spéculations après l’annonce d’une réunion du personnel de Buckingham par le Mail Online vers minuit. De nombreuses hypothèses ont été envisagées : mariage, bébé. Mais c’est surtout la mort de la reine ou du prince Philip qui ont été évoquées. Cela a même poussé le Sun à entamer un article annonçant le décès du prince.

C’est à 9 heures que le journaliste de la BBC Peter Hunt a annoncé que cette réunion n’avait rien à voir avec l’état de santé du couple.

Il y aura ce matin une réunion du personnel à Buckingham Palace. Cela ne concerne ni la santé de la Reine ni celle du Prince Philip.

Son rôle était d’assister à des événements publics, des inaugurations, des galas de charité et autres visites où il représente la famille royale. Il accompagnait aussi souvent la reine. Elisabeth II, elle, continuera d’exercer ses fonctions officielles « avec le soutien des membres de la famille royale ».

Un prince éclipsé par la Figure iconique de la Reine Elisabeth II

Philip Mountbatten est né le 10 juin 1921 en Grèce, il est le fils du roi Georges Ier de Grèce. Peu de temps après sa naissance un coup d’Etat oblige sa famille à fuir le pays pour la France. Le prince de Grèce et du Danemark a 18 ans quand il rencontre la princesse Elisabeth, elle en a 13. Elle tombe immédiatement sous le charme lorsqu’ils se rencontrent en 1939, alors que la famille visite le Britannia Royal Naval College à Dartmouth. Philip est à cette époque engagé dans la Royal Navy. Il sera de nombreuses fois décoré notamment durant la second de guerre mondiale. C’est lors de l’été 1946 que Philip demande au roi la main de sa fille. Il renonce à ses titres royaux grecques et danois, à son allégeance à la couronne grecque, se convertit à l’anglicanisme et se fait naturaliser britannique, devenant ainsi sujet britannique. Le prince renoncera aussi à son nom de famille lors de son union avec Elisabeth.

Il sera fait Duc d’Edimbourg, comte de Merioneth et baron de Greenwich, le matin de son mariage le 20 novembre 1947. Il restera actif au sein de la marine jusqu’en 1951, bien conscient que le futur rôle de sa femme prendrait le pas sur ses ambitions. Le prince Philip renoncera à cette carrière en 1952 devenant le conseiller personnel de la Reine Elisabeth II, couronnée le 6 février. Il sont aujourd’hui unis depuis plus de 65 ans.

Prince Philip mais roi de la blague en tout genre

Le Prince Philip est aussi connu pour ses blagues et traits d’humour Outre Manche. Mardi il déclarait aux journalistes  « Vous allez voir le celui qui a le plus d’expérience en inauguration de plaque ! » lors de l’inauguration d’un terrain de cricket.

Un humour qui flirte souvent avec les limites et parfois les franchit. Misogynie ou racisme, certaines de ses sorties ont provoqué quelques remous sur l’ile britannique. Petit florilège :

  • « Quand un homme ouvre la porte de la voiture à sa femme, c’est qu’il s’agit soit d’une nouvelle voiture soit d’une nouvelle femme ».
  • « Tu ne pourras jamais voler là-dedans, tu es trop gros », dit il à un enfant de 13 ans qui rêve de devenir astronaute.
  • Au président nigérian Olusegun Obasanjo, vêtu d’une tenue traditionnelle, il déclarera « On dirait que vous êtes prêt à aller au lit ! »
  • « Vous êtes tous de la même famille ? », demande-t-il à une troupe de danseurs noirs .
  • Même la Reine Elisabeth II n’est pas épargnée, « Où est-ce que tu as eu ce chapeau ? », lui aurait-il demandé pendant son couronnement.