Hier, les candidats qualifiés au second tour se sont fortement interpellés par meetings interposés. Entre « affaires » très présentes, et à la veille du seul débat qui doit se tenir entre les finalistes, ne reste-t-il qu’un simple échange de « phrases chocs » ou punchlines ? Retour sur celles qui ont le plus marqué les esprits. 

1) La plus populaire : « nous, vous voyez on n’a pas d’immunité ouvrière » 

Avec cette formule adressée à Marine Le Pen lors du « grand (et unique) débat » à 11 du 4 avril sur Cnews et BFMTV, Philippe Poutou a fait sensation : « quand nous on est convoqué par la police, nous…on y va ». Information révélée par le Huffington post, cette « phrase choc » ou punchline n’était pas spontanée, mais au contraire bien préparée et même plusieurs fois rôdée en meeting.

2) La plus directe : «  Fillon est un menteur ; il a volé dans les caisses de l’Etat »

C’est le 20 avril que Philippe Poutou a récidivé, lors du meeting qu’il a tenu à Aubervilliers, en dépit des menaces de poursuites judiciaires formulées par François Fillon lors du débat (« Oh, oh, oh, je vais vous foutre un procès, vous »). Alors, il l’avait interpellé sur le plateau : « F.Fillon se dit préoccupé par la dette mais il y pense moins quand il se sert dans les caisses publiques ou quand il paye sa famille » !

3) La plus mathématique : « quand on est mal payé que ce soit en francs ou en euros on est mal payé » 

Lors de ce fameux débat à 11, Nathalie Arthaud a fait preuve de rigueur mathématique en s’adressant à Marine Le Pen au sujet de la sortie de l’euro l’une des mesures phares de son programme.

4) La plus gore : (parlant de F.Fillon, E.Macron et M.Le Pen) « si vous élisez un de ces trois là, vous allez cracher du sang ! »

C’était lors de son meeting du 12 avril à Lille que Jean-Luc Mélenchon a prononcé cette phrase.

5) La plus « star wars » : traiter son adversaire d’hologramme !

François Fillon déclare au sujet d’Emmanuel Macron dans La Matinale d’Europe 1 le 13 mars : « c’est une sorte d’hologramme de François Hollande en plus jeune ». Pour Benoît Hamon, il serait plutôt l’hologramme de François Fillon !

6) La plus choquante : « avec moi, il n’y aurait pas eu les terroristes migrants du Bataclan et du stade de France : ils ne seraient tout simplement pas rentrés dans notre pays »

Cette phrase a été prononcée par Marine Le Pen, dimanche 17 avril, lors de son grand meeting au Zénith de Paris.

7) La plus « Brice de Nice » : « Je n’ai jamais vu quelqu’un capable de parler cinq ou six minutes de suite sans émettre une seule idée dont on se souvienne. C’est le vide absolu »

« Je lui tire mon chapeau » a-t-elle ajouté. C’était Marine Le Pen au sujet d’Emmanuel Macron, à la sortie du premier débat présidentiel le 20 mars.

8) Les plus récentes : « le fêtard de la rotonde…sa philosophie c’est marche ou crève ! ».

C’est encore Marine Le Pen, cette fois en meeting lundi 1er mai à Villepinte qui a griffé son concurrent : « Emmanuel Macron c’est François Hollande qui veut rester et qui s’accroche…ce candidat sortant nous allons le sortir ! », a-t-elle ajouté. Emmanuel Macron de répondre le jour même lors de son meeting de la Villette : « Mme Le Pen a parfaitement résumé la situation ce midi avec sa grossièreté bien connue ; elle a dit c’est en marche ou crève ; elle a raison en marche c’est nous ! ».

Et ce n’est pas fini !