Une victoire 5-1 dimanche soir sur la pelouse du rival honni, un Javier Pastore de retour de blessure et déjà en pleine possession de ses moyens, cette équipe du Paris Saint-Germain est décidément dans une forme… olympique !

Une du journal La Provence du 27/02/17
Une défense phocéenne à côté de ses crampons

Dans un stade Vélodrome archi-comble où plus de 65.000 supporters marseillais avaient pris place, parfois 3 heures avant le coup d’envoi, les joueurs de l’OM n’ont pas fait honneur à leur public. Les spectateurs ont même été douchés d’entrer puisque dès la 6e minute de jeu, le défenseur brésilien Marquinhos ouvrait la marque après un coup franc signé Marco Verratti et une belle remise de la tête de son compatriote et capitaine Thiago Silva.

Le récital parisien ne faisait que commencer. 10 minutes plus tard, le chef d’orchestre Javier Pastore, délivrait une passe « à l’aveugle » pour Edinson Cavani. Le Matador terminait tranquillement d’une petite « pichenette » et inscrivait son 26e but de la saison en championnat face à un Yohann Pelé battu. Une action sans fausse note.

Une deuxième mi-temps à sens unique

Les sifflets du Vélodrome au moment de rentrer au vestiaire n’ont sans doute pas aidé les Marseillais à leur retour sur la pelouse. Ceux qui attendaient une réaction de leurs protégés n’ont pas été servis. Encore une fois, l’action était initiée par l’Argentin Pastore, un coup du foulard splendide pour Layvin Kurzawa, un centre et Lucas Moura qui surgissait et obligeait Pelé à venir chercher le ballon dans ses cages pour la troisième fois de la soirée. C’en était trop pour certains supporters qui commençaient déjà à quitter les tribunes du stade.

Les supporters quittent le stade avant la fin

C’était bien dommage, car quand enfin Pastore quittait le terrain à la 55e minute de jeu, remplacé par l’Allemand Julian Draxler, on pouvait s’attendre à la fin du calvaire pour l’OM… mais non. 5 minutes après son entrée sur le terrain l’ancien joueur de Wolfsburg profitait d’un bon débordement de Thomas Meunier sur le côté droit et d’un centre puissant du Belge pour inscrire le 4e but des Bleus et Rouges.

Le Vélodrome allait bien retrouver un peu de sa voix avec la réduction du score de Rod Fanni à la 70e minute… mais seulement pour 2 petites minutes, jusqu’au but de Blaise Matuidi à la suite d’un joli jeu de passes entre Verratti et Draxler dans la surface.

Avec cette impressionnante victoire, les joueurs d’Unai Emery ont prouvé qu’ils n’étaient pas encore largués dans la course au titre. Deuxièmes, ils ont trois points de retard sur le leader monégasque à 11 journées de la fin.