Les Philadelphia Eagles se sont adjugés le Super Bowl LII cette nuit à Minneapolis. Après un match très serré et ultra-offensif, la franchise de Pennsylvanie a défait New England, le champion en titre, 41-33. Récit d’un match historique.

Une première qui fera date. Après deux défaites en finale (1981, 2005), les Eagles de Philadelphie ont remporté cette nuit le Super Bowl NFL face aux favoris et champion en titre de New England. Leur quaterback superstar Tom Brady, 40 ans, ne se verra pas adjuger une sixième bague de champion. Faute à un match fou et historique en termes de yards cumulés.

Un classement respecté

Meilleure équipe de la saison régulière, Philadelphie se présentait pourtant comme l’outsider de cette finale. Car face à eux, s’élevait l’ogre New England. Le champion en titre et surtout finaliste à huit reprises depuis 2000 pour cinq victoires. Mais c’était sous-estimer le cœur et le courage des joueurs de Doug Pederson. Lui qui disputait son premier Super Bowl en tant que coach principal a réussi ses débuts avec brio. Son équipe surnommé les « underdogs «  (les outsiders), depuis le début des playoffs, a su faire respecter la logique du classement en remportant le titre.

Un « fumble » pour finir

Les Patriots ont réussi à recoller et même passer au score lors du dernier quart de la partie (32-33, 51’). Seulement la détermination sans faille de Philadelphie a fini par payer. Quelques minutes après le touchdown de la franchise de Foxborough, Zach Ertz a permis à l’équipe de la ville de l’amour fraternel de repasser devant (39-33, 58’). Une avance qu’elle n’allait jamais lâcher. Car à deux minutes du terme, Tom Brady, étincelant jusque-là, a lâché le ballon, provoquant un « fumble », sous la pression de la défense adverse. Ce geste a scellé la partie. Philadelphie a ainsi remporté le premier Super Bowl de son histoire. Et pour clore le spectacle, les Eagles ont marqué un dernier field goal entérinant la victoire 41-33 des pennsylvaniens.

Les fans des Eagles fêtent la victoire historique de leur équipe (Crédit : Matt Rourke / AP)
Une Philly furieuse

Cette victoire a plongé la ville de Pennsylvanie en fusion. Et ce n’est pas les poteaux graissés de la ville qui ont pu empêcher les fans de célébrer leur victoire historique. A mettre à leurs actifs : un feu à l’Université de Temple, des feux d’artifices en pleine rue, des plongeons depuis des balcons d’hôtels et la destruction de biens publics ou privées… Si la nuit a été courte pour les supporters, la journée s’annonce longue pour les services publics qui auront la lourde tâche de remettre la ville à l’endroit.