Pour la huitième fois de son histoire, l’AS Monaco est sacré champion de France de football. Une prouesse qui leur a permis de faire passer le Paris Saint-Germain au second plan. Une superbe performance qui a le mérite de mettre en lumière un projet ambitieux encadré par un actionnariat impliqué et compétent.

Une saison sensationnelle

Il convient, tout d’abord, de revenir sur les performances de l’AS Monaco sur la scène européenne. Une saison qui a commencé particulièrement tôt pour les joueurs de la principauté. Ils ont dû assumer deux tours préliminaires de Ligue des Champions au début du mois d’août, période où les autres équipes étaient encore en pleine préparation. Une endurance qui a particulièrement impressionné les observateurs, puisque les asémistes se sont hissés jusqu’en demi-finale de la compétition européenne. Une véritable performance pour un club français. En inquiétant le gratin européen lors de cette édition 2017, les Monégasques ont clairement réussi leur pari cette saison en coupe d’Europe.

De plus sur la scène nationale, l’AS Monaco ne s’est pas non plus reposé sur ses lauriers. Avec plus de cent buts en championnat et six points d’avance sur leur dauphin, le Paris Saint–Germain, le club princier a fait le spectacle. En tenant tête à son principal rival sportif, l’ASM a surtout rivalisé avec des moyens financiers sensiblement inférieurs. Une preuve que l’argent ne fait pas tout dans le football.

© Maxppp
Un projet rentable et rondement mené

A l’évidence si l’AS Monaco a accompli un exploit sportif cette année, c’est avant tout grâce à la pérennité de son projet sportif et humain. Une stratégie fondée sur un savant équilibre entre expérience (Moutinho, Falcao, Glik, Subasic) et talentueuse jeunesse (Fabinho, Lemar, Mbappé, Boschilia).

Souvent perçu ces dernières années comme un immense marché à joueurs, l’AS Monaco a eu l’intelligence l’été dernier de ne pas se séparer de ses meilleurs éléments. Un choix qui se révèle payant aujourd’hui car l’Europe entière fait les yeux doux à la jeunesse rouge et blanche. A l’image par exemple, du potentiel départ de Kylian Mbappé (18 ans) au Real Madrid pour une somme avoisinant les 100 millions d’euros ou l’éventuel transfert du Portugais Bernardo Silva (annoncé avec insistance du côté de Manchester United). Il pourrait rapporter 50-60 millions d’Euros au club du rocher. Car, ce club depuis l’arrivée de l’investisseur russe a toujours eu un coup d’avance : acheter de jeunes joueurs, les laisser s’acclimater pour mieux percer dans un environnement sain, compétitif et dénué de pression (contrairement à l’OM ou au PSG).

Une stratégie gagnante, qui aura permis au nouveau champion de France d’allier rentabilité économique (ce qui est rare dans le football) et réussite sportive.