C’était un maître de l’animation. Isao Takahata est mort hier à l’âge de 82 ans. Il était, avec le célèbre Hayao Miyazaki, le fondateur du studio Ghibli, auquel on doit les plus grands chefs d’œuvres de l’animation japonaise.

Le réalisateur japonais Isao Takahata, cofondateur du studio d’animation Ghibli, est décédé à l’âge de 82 ans, terrassé par un cancer du poumon. Une cérémonie en son hommage est prévue le 15 mai prochain.

Né au Japon en 1935, Takahata étudie la littérature française à l’université de Tōkyō. C’est le dessin animé « Le roi et l’Oiseau » de Paul Grimault, qui le fait tomber amoureux de l’animation.

En 1968, il réalise son premier long métrage, « Horus, prince du soleil », en collaboration avec Hayao Miyazaki. Ils continuent par la suite à collaborer sur d’autres films et séries, comme par exemple « Heidi ».

C’est en 1985 que les deux comparses fondent le studio Ghibli. Sous cette bannière, Takahata réalise son oeuvre la plus connue : « Le tombeau des lucioles », un drame déchirant de réalisme sur la seconde guerre mondiale.

Plusieurs autres pépites suivent. « Souvenirs goutte à goutte », « Pompoko », « Mes Voisins les Yamada » et en 2013, « Le conte de la princesse Kaguya ».

Trop souvent dans l’ombre de Miyazaki pour le public français, il reçoit le Cristal d’honneur du festival d’Annecy pour l’ensemble de son œuvre en 2014. L’année suivante, il est élevé au rang d’officier de l’ordre des Arts et des Lettres par Fleur Pèlerin, la ministre de la Culture.

C’est une consécration pour Isao Takahata, maître des émotions qui a su faire passer petits et grands des larmes aux rires.