La saison de football s’achève dimanche prochain en France et pourtant les dés sont loin d’être jetés. Que ce soit en Ligue 1 ou à l’échelon inférieur en Ligue 2, le suspens reste entier à l’approche de la dernière journée.

En haut c’est déjà (presque) fait

Pour le titre de champion de France, la messe n’est pas dite, mais c’est tout comme. Après sa victoire hier soir 4-0 contre Lille, Monaco n’a besoin que d’un seul petit point pour être sacré Prince du football hexagonal. Avantage de taille pour les Monégasques, ils ont encore deux matches à jouer. Mercredi face à Saint-Etienne en match en retard ils pourraient donc conclure leur très belle année de la meilleure manière possible.

Saint-Etienne qui s’est lourdement incliné face au Paris Saint-Germain. Pour la dernière de Christophe Galtier au Chaudron seuls les supporters étaient à la hauteur.

Les Parisiens se sont largement imposés 5-0 avec un doublé d’Edinson Cavani désormais à 49 buts depuis le début de la saison. A un but seulement du record de Zlatan Ibrahimovic. Cette victoire à néanmoins un goût amer. Le titre n’est plus qu’un rêve inaccessible.

Bagarre pour survivre

Si en haut l’Hexagoal tend les bras aux hommes du Rocher, en bas la lutte est âpre. 5 équipes sont encore menacées de relégation. Certaines tout de même mieux loties que d’autres.

Dijon, 16e, a en effet réalisé le coup parfait hier soir lors de cette 37e journée de championnat. Face à Nancy, concurrent direct au maintien, les Bourguignons n’ont pas tremblé. Dans leur stade Gaston-Gérard, ils l’ont emporté 2-0. Les hommes d’Olivier Dall’oglio ont 4 points d’avance sur leur adversaire du soir. Une équipe de Nancy en totale perdition. Les Lorrains ont enchaîné une troisième défaite consécutive et se retrouvent derniers du classement. Ils devront absolument s’imposer chez eux face à… Saint-Etienne lors de la dernière journée pour espérer une place de barragiste. Mais leur destin n’est plus vraiment entre leurs mains et la Ligue 2 leur tend les bras.

Autre match d’importance hier soir Bastia-Lorient. Les Corses, 20e au coup d’envoi, savaient qu’un revers face aux Merlus, 18e et barragiste, les condamnerait. Contrat rempli pour les partenaires d’Enzo Crivelli. Victoire 2-0 et un dixième but pour l’attaquant prêté par Bordeaux. Bastia désormais 19e totalise 34 points. Lorient reste barragiste mais avec un point d’avance seulement sur les bastiais.

Enfin Caen de son côté est 17e après son revers à domicile face au Stade Rennais. Les Normands ont 36 points mais se rendront au Parc des Princes dimanche prochain. Le maintien pourrait donc être là aussi difficile à obtenir.

Un bas de tableau très serré donc où ces cinq équipes se tiennent en 4 points. Un peu à l’image de ce qu’il se passe en Ligue 2.

La course à la montée

Puisque dans l’antichambre de la Ligue 1, la tension est tout aussi palpable. Entre Strasbourg, 1er, et Nîmes, 6e, il n’y a que trois points de différence. Du jamais vu depuis près de 20 ans !

De fait, personne n’est assuré de jouer à l’échelon supérieur l’an prochain. La 38e journée aura donc son lot de larmes de joie… et de tristesse. Parmi les autres prétendants, certains sont des anciens poids lourds de Ligue 1 comme le Racing Club de Lens. Champion de France en 1998, le club du nord de la France est 4e avec 62 points.

De son côté Troyes, relégué la saison dernière est… troisième et barragiste. Le club aubois compte 63 points, autant qu’Amiens, 2e ! Les Picards sont même la surprise de ce championnat. Tout juste promu de National (3e échelon du football français), ils réalisent une saison stupéfiante. Ils sont devant les troyens grâce à une meilleure différence de but (+17 contre +15). Les Amiénois seraient propulsés en Ligue 1 pour la première fois de l’histoire du club si les résultats sont favorables vendredi lors de la dernière journée de Ligue 2.

Enfin dernier prétendant à la montée le Stade Brestois. Ancien pensionnaire de Ligue 1 jusqu’en 2013, les Bretons sont actuellement 5e avec 62 points. Au même titre que Lens, une défaite ou un match nul lors de la dernière journée compromettrait grandement leur chance de montée pour la saison prochaine.

Cela fait donc bien longtemps que la France du football n’avait jamais connu de telles incertitudes quand à son dénouement. Qu’importe le classement, cette année les équipes ont décidé de jouer le suspens jusqu’à l’ultime journée. Alors rendez-vous ce weekend pour connaître les dénouements de Ligue 1 et de Ligue 2.