Le festival de Cannes fête ses 70 ans cette année. Peu à peu le festival grandit et devient incontournable, le passage obligé pour le cinéma mondial et symbole du glamour, marquant tous les esprits. Retour sur 10 moments marquants qui ont façonné l’événement le plus médiatisé dans le monde après les jeux olympiques.

Juin 1939, la première tentative

Le festival nait en 1939 sous l’impulsion de Jean Zay, alors ministre des Beaux Arts, en réaction à la Mostra de Venise dont la programmation est alors marquée par l’influence fasciste. Louis Lumière est choisi pour être le président de cette première édition. Il souhaite « encourager le développement de l’art cinématographique sous toutes ses formes et créer entre les pays producteurs de films un esprit de collaboration ». Le festival doit se dérouler du 1er au 20 septembre. Mais le jour de l’ouverture les troupes allemandes envahissent la Pologne et le festival est annulé.

20 septembre 1946, les vrais débuts du Festival

C’est en 1946, que débute réellement le festival de Cannes. Loin des strass et des paillettes que l’on connait aujourd’hui, les stars hollywoodiennes débarquent sur la croisette en hydravions et en petits bateaux. Le festival se déroule dans le casino municipal, le palais des congrès ne sera construit qu’en 1982.

1955, La rencontre entre le Prince Rainier de Monaco et Grace Kelly
© Michou Simon

Si le festival fait et défait les carrières des plus grands, il peut aussi transformer un destin en conte de fées. C’est en 1955 lors de la projection du film La Main au Collet d’Alfred Hitchcock qu’aura lieu la première rencontre entre Grace Kelly et le Prince Rainier de Monaco. Ils se marieront un an plus tard.

1960, rejet du public et lancé de tomates

Il est fréquent que le public de Cannes réagisse fortement aux films présentés. L’avventura de Michelangelo Antonioni en fait les frais. Le premier volet de la trilogie, composée aussi de L’Eclipse et La Nuit, est hué lors de sa projection. En cause l’incompréhension du public face à la disparition d’un des personnages et le manque d’explications sur celle-ci. Le public  jette aussi des tomates sur l’équipe du film lors de la remise de prix du jury.

1962, Création de la Semaine de la Critique

Cette sélection est créée par le Syndicat Français de la critique de cinéma. La particularité : ne sont sélectionnés que des premiers ou seconds films de cinéaste afin de les faire connaitre. En 1988, les courts métrages entrent aussi en compétition. Il ne s’agit pas d’une sélection officielle.

1969, La Quinzaine des réalisateurs

La Quinzaine est une section non compétitive, créée en réaction à Mai 68 par la société des réalisateurs de films. Tout comme la Semaine de la critique, La Quinzaine est une sélection parallèle. Sont sélectionnés : une quinzaine de longs métrages et une dizaine de courts.

1978, Un certain Regard 

A ses débuts, la sélection ne met pas en compétition les films, elle le fera à partir de 1998. Ce sont majoritairement des films créés par de jeunes cinéastes débutants, mais aussi des films en marge, expérimentaux. Sa programmation dépend de la sélection officielle.

2005, l’accident de robe de Sophie Marceau

© Venturelli – Getty Images

Le tapis rouge est un élément aussi important que les films à Cannes. Les montées des marches font le tour du monde. Une des photos les plus célèbres fut l’accident de robe de l’actrice Sophie Marceau. La bretelle de sa robe se détache et met son sein à nu devant une armée de photographes.

2011, l’affaire Lars Von Trier

© Marsland – Getty Images

Le célèbre réalisateur, déjà en 2009, fait souffler un vent de scandale sur la croisette, avec son film Antechrist. Mais c’est en 2011 que Lars Von Trier défraie la chronique, lors de la conférence de presse pour le film Melancholia, une journaliste du Times l’interroge sur une interview qu’il a donné à un magazine Danois. Il y avoue son « goût pour l’esthétique nazie », et y déclare « Aussi ça m’a fait plaisir. Que puis-je dire, je comprends Hitler, mais je pense qu’il a fait beaucoup de mal. Je crois que je comprends l’homme, l’homme n’est pas intrinsèquement bon, mais je le comprends dans un sens. (…) J’ai un peu d’empathie pour lui. (…) Mais je ne suis pas pour la Seconde Guerre mondiale, je ne suis pas contre les juifs, surtout pas. » . Il publie une lettre d’excuse, sur demande de la direction du festival, il est par la suite déclaré « persona non grata ». Son film, lui, reste en compétition.

2016, Julia Roberts pieds nus
© Anne-Christine Poujoulat – AFP

Le tapis rouge ne voit pas que des accidents de robes, ou des coups de vent un peu gênants. Les tenues des célébrités sont aussi parfois porteuses de revendication. L’année dernière plusieurs jeunes femmes se voient refuser l’entrée du palais des festivals car elles ne portent pas de talons haut. En réaction l’actrice Julia Roberts choisit de monter les marches pieds nus, dénonçant le dress code imposé aux femmes.