Une meilleure prise en charge des personnes atteintes d’autisme. Le plan est présenté aujourd’hui par le premier ministre, Edouard Philippe. C’était une des grandes promesses de la campagne d’Emmanuel Macron, et le passage à l’acte était très attendu.

Hier le Président Macron était en visite au CHU de Rouen, dont le service spécialisé sur l’autisme est le plus reconnu en France. Aujourd’hui il a confirmé la présentation du projet, qui sera articulé autour de cinq ambitions : la recherche, la détection et l’intervention précoce, la scolarisation, l’accompagnement des adultes handicapés et le soutien aux familles.

En France, la méconnaissance de l’autisme, et la bataille entre psychologues et neurologues sur les causes des troubles a favorisé la passivité, voire la léthargie de l’état. En France il y aurait plus de 600 000 autistes Près de 1% de la population. Pourtant le pays est considéré à la traîne en terme de législation. La cour des comptes a qualifié la situation, d’au minimum chaotique, mais surtout inégalitaire et incohérente.

Un projet plus ambitieux

Le premier « plan autisme » a été lancé il y a un peu plus de 10 ans en France. Deux autres ont suivi depuis. Ce quatrième plan se veut plus ambitieux que les trois précédents, il débloque 344 millions d’euros sur cinq ans (contre 205 pour le précédent), et comporte une centaine de mesures. Il est le fruit d’une « concertation d’ampleur inédite », lancée en juillet dernier, et qui réunit les représentants des associations, des administrations, des collectivités, des professionnels de santé… pour mieux « répondre aux attentes des familles et des personnes ».

Un timing douteux

La décision très attendue et rassembleuse, intervient au moment où l’image du gouvernement est au plus mal. Des cheminots aux étudiants, via les pilotes de ligne et les fonctionnaires, la grogne monte de tous côtés. Une nouvelle fois, le timing du dévoilement médiatique du projet, semble savamment choisi pour redorer le blason du gouvernement. Mais ce coup-ci, pas sûr que cela suffise à éteindre l’incendie.