Ariane, 22 ans, a démarré ses études au Canada. Elle y a fait une licence de sciences politiques à York University à Toronto. Après avoir obtenu son diplôme, elle rentre en France pour se lancer dans le journalisme à l’IICP.   

Quels sont tes thèmes de prédilection ?

J’aime bien tout ce qui est sociétal, culturel et un peu politique. J’aime bien regarder mais pas en parler (sourires). Ensuite ce qui se passe à l’international m’intéresse vraiment.

Pourquoi partir dans le journalisme sachant que ce métier est en évolution ?

C’est quelque chose que je voulais faire depuis que je suis toute petite. Mais on m’a découragée que ce soit de la part de mes profs ou de mes parents. Du coup je suis parti en sciences politiques. Mais en arrivant en 3ème année, j’ai pris conscience que ce n’était pas pour moi et je me suis lancée dans le journalisme même si c’est un domaine assez restreint.

Quels sont tes médias préférés ?

Je suis plus presse écrite/web. Je n’écoute pas trop la radio sauf France Inter. Après j’aime beaucoup les quotidiens, surtout Libération. Et après je suis friande des magazines littéraires.

Que veux-tu faire quand tu seras « grande » ?

Je veux bosser dans la presse web c’est sûr. Après j’ai envie d’être journaliste mais pas seulement : le management d’une rédaction me botte assez. Et en ce moment je suis plus lancée vers l’économie.

Quel regard portes-tu sur tes années étudiantes ?

Les sciences politiques ont été très enrichissante du point de ma vue de ma culture. C’est important de faire autre chose. Ensuite le journalisme c’est difficile mais tout est une question de motivation et de volonté. On peut y arriver. Je ne regrette rien.

Quel projet pour les mois qui viennent ?

Pour le moment j’hésite mais je me tourne un MBA digital marketing/business pour élargir mon champ des possibles.

Où seras-tu dans 10 ans ?

Dans quelque chose de complètement différent je pense. Peut-être travailler dans une rédaction pour m’occuper du digital tout en étant journaliste. Sinon monter ma boîte. Ou alors ce que j’ai toujours voulu faire : grand reporter. Tout est possible, tout est réalisable.