Deux jours avant  le lancement du Sidaction 2018, un sondage Ifop-Bilendi* montre que les idées fausses sur le sida ont progressé ces dernières années chez les jeunes. Un défaut d’information qui a entraîné une augmentation des contaminations.

Les 15-24 ans sont de plus en plus nombreux à croire que le VIH peut se transmettre par un baiser. Voilà une des idées reçus des jeunes sur la contamination du virus du sida. Et elles sont nombreuses.

Les jeunes sont mal informés sur le Sida

Un des résultats de ce sondage permet de tirer une conclusion immédiate : 20 % des jeunes se disent mal informés sur le sida. Ils étaient 11 % en 2015. Ce chiffre est en augmentation de 9% par rapport à 2009. Il est donc urgent de relancer des campagnes d’information et de prévention. Car ce manque d’informations cause une augmentation croissante des idées reçues chez les jeunes sur le virus du sida, ces dernières années.

21 % des jeunes de 15 à 24 ans pensent, à tort, que le virus peut se transmettre par des baisers. En 2015, ils étaient 15 %. Ce pourcentage a donc augmenté de six points depuis 2015, s’alarme l’association Sidaction, qui a commandé ce sondage. Autres idées fausses : 18 % des sondés pensent que le virus peut se transmettre au contact de la transpiration d’une personne séropositive, soit une augmentation de 8 points depuis 2015. 26% des jeunes interrogés considèrent qu’il existe des médicaments pour guérir du sida, soit 13% de plus qu’en 2009. Et 19 % que la pilule contraceptive d’urgence peut empêcher la transmission du virus (+ 9 points par rapport à 2015).

« Ce qui est inquiétant, c’est que ces proportions ont augmenté de façon significative en un nombre assez réduit d’années, sur des choses qui semblaient acquises depuis longtemps », a déclaré la directrice générale de Sidaction, Florence Thune. Selon elle, le « manque d’information » et le fait « qu’on parle moins du virus VIH » feraient « remonter de vieilles peurs ».

Selon ce sondage, seul un jeune sur deux fait confiance aux messages d’information sur le sida relayés dans les médias et sur les sites internet spécialisés. Cette proportion tombe à 22% pour les réseaux sociaux, pourtant privilégiés par les jeunes pour s’informer. Ils estiment que les élus locaux, les pouvoirs publics et l’Éducation nationale doivent en faire plus en matière d’information sur le VIH.

Crédit photot: MaxPPP
Une augmentation inquiétante des contaminations chez les 15-24 ans

Dans le même temps, les contaminations chez les 15-24 ans ont augmenté de 24% depuis 2007, rappelle Sidaction, et les pratiques à risque persistent : 14% des jeunes interrogés disent avoir été exposés au moins une fois à un risque de contamination, et moins de la moitié ont alors effectué un test de dépistage.

Depuis 1994, l’association Sidaction finance des programmes de recherche et de prévention.  Le Sidaction aura lieu de vendredi 23 jusqu’à dimanche 25 mars à minuit, relayé comme chaque année à la radio et la télévision. L’occasion d’informer la population mais aussi de faire une collecte de don pour aider la recherche.
Crédit photo: Le Parisien

L’épidémie n’est pas enrayée en France : chaque année, 6 000 personnes découvrent leur séropositivité au VIH, dont plus d’un quart (27 %) à un stade avancé de l’infection, selon les chiffres officiels de l’INVS.

Nous sommes allés interroger les étudiants du Campus Cluster au sujet du sida, pour vérifier si eux aussi avaient des idées reçues.

 

*Ce sondage Ifop-Bilendi a été mené en ligne du 6 au 13 février, auprès d’un échantillon de 1.002 personnes représentatif de la population française âgée de 15 à 24 ans, selon la méthode des quotas.